L'espace de création

Ma biographie parue aux "Editions Evidence"

Publié le lundi 22 mai 2017 10:40
Affichages : 98

Isabelle Flückiger Jachym : Auteur de Les secrets de la petite boîte en fer.

isabelle fluckiger

Je m’appelle Isabelle Flückiger Jachym, je suis franco–suisse, j’ai la double nationalité. Je suis née le 16 novembre 1965 à Héricourt en Haute Saône (peu de monde savent où se trouve la Haute Saône : c’est dans l’Est) par un jour de neige, ça commençait bien. Eh oui je suis une ménagère de plus de 50 ans, mais ça va, j’assume. Je suis mariée, j’ai un enfant (il est grand maintenant).

J’ai toujours aimé écrire sauf à l’école, bien que j’étais plutôt bonne élève en primaire... Après, j’ai toujours fait en sorte d’avoir la moyenne, même en français, limite la moyenne... Un peu trop rêveuse et fleur bleue, un peu révoltée mais attachante, souriante et serviable, timide mais quand je le dis personne me croit (sourire) mais avec le temps, ça va déjà mieux. Je suis très romantique et j’adore l’écrire.

J’ai toujours aimé le contact avec la nature, les animaux, que je défends à ma façon dans mes textes. Je suis avant tout « poète » j’aime les belles phrases, les images, la musicalité des mots à la suite, les beaux vers...

Je suis aide-soignante depuis une dizaine d’année, après avoir fait un peu de tout mais rien de bien manuel, je ne suis pas très habile de mes mains sauf pour pianoter sur mon clavier pour faire naître mes textes. J’aime l’humain, j’aime les gens, j’aime parler d’eux, j’aime les faire réagir, les mettre en valeur.

J’ai passé un bac à 18 ans, « Eh oui, passe ton bac d’abord » un bac « G » comme disait Michel Sardou, je le cite
« Vous passiez un bac G,
Un bac à bon marché,
Dans un lycée poubelle,
L’ouverture habituelle
Des horizons bouchés.
Votre question était : « Faut-il désespérer ? »

C’était en 1985... à croire que rien à changer depuis.
Puis un bac pro à 35 ans et le diplôme d’aide soignante à 42 ans donc je ne désespère pas de passer une licence ou un master à 70 ans... on ne sait jamais.
Plus sérieusement, j’aime faire passer des messages, surtout axés sur la paix dans le monde, je n’aime pas l’injustice (remarquez comme beaucoup de monde), j’ai foi en les grandes valeurs de l’humain, j’aime à penser que l’homme est foncièrement bon.
J’espère écrire encore longtemps, pouvoir émouvoir, sensibiliser mes lecteurs.
J’apprécie mes collègues, je suis un peu un bout en train par moment et d’autres je passe pour une « sage »... Il m’arrive parfois de me poser un peu n’importe où et de griffonner sur un morceau de papier et ensuite, je leur montre ce que j’ai écrit. J’aime écrire des pensées, des idées, avec humour parfois... j’aime l’auto dérision.

Je suis avant tout une personne sensible qui a la chance de pouvoir transcrire des ressentis, les miens comme ceux des autres. Je finirai par une de mes citations, ma vision de l’artiste :

L’artiste est un spectateur du monde qui vit parfois au-delà du temps, de l’espace et de la réalité pour vous faire percevoir l’imperceptible, définir l’indéfinissable et de vous faire imaginer l’inimaginable.

Vu dans la presse !

Publié le vendredi 1 août 2014 08:00
Affichages : 1195

 

Portrait - Native de Granges-le-Bourg, Isabelle Fluckiger rend hommage à son médecin à travers un poème poignant.

(Poète, spectatrice de la vie)

auteur-poete-spectatrice-de-la-vieNative de Granges le bourg, Isabelle Fluckiger a écrit son premier poème sur la nature à l'âge de 12 ans. " J'étais en 5eme au collège" se souvient-elle. Après un intermède d'une quinzaine d'années pour s'occuper de sa famille, elle reprend et ensemence nombre de cahiers, blogs et autres épanchements. Elle se définit comme auteur poète spectatrice de la vie.

Hommage à des Héros :

Une idéaliste rêveuse, très sensible à l'environnement, un gène hérité de son père Paul, un dinosaure de la protection de la nature qui fait autorité dans la région.la vie, un spectacle vivant qu'elle aime croquer avec des mots pour communiquer avec les autres. " J'aime rendre hommage à des héros anonymes, des corps de métiers, des situations simples à travers des personnes ordinaires bienveillantes envers autrui" explique-t-elle. Son inspiration au volant de sa voiture, elle la puise dans le quotidien, elle capte les sentiments, partage les ressentis, les émotions et fait rêver. elle parle de société, traduit ses coups de gueule, sensibilise le lecteur et suscite des questionnements. une plume agile et sure, elle utilise des mots simples et efficaces qui s'adressent à tous.

Dans le poème à son médecin de famille, elle écrit dans le refrain :

Il en a vu naître et mourir,
Il en a vu pleurer puis sourire
Il en a vu chuter et rebondir
Il en a vu quasiment partir puis revenir...

Ce super héros qui a le droit d'être fatigué
Même si son cabinet est encore une fois surchargé
Il saura prendre le temps de vous écouter
Même chez lui, en cas d'urgence vous pouvez le déranger.

Deux pages de louanges, de sensibilité en vers, en hommage à son ancien médecin de campagne qui soigne les siens. Des phrases courtes avec des mots simples et ciselés qui décrivent à merveille le thérapeute dans la pratique de sa profession. Dans le même registre, le poème " elle boutonne sa blouse" une ode à l'aide-soignante, un métier qu'elle exerce dans une maison de retraite.

Elle cherche un éditeur !

Isabelle cherche un éditeur pour publier son premier roman " les secrets de la petite boite en fer" noté 7.85sur 10 sur internet. C'est l'histoire d'une dame de 91 ans atteinte de la maladie d'Alzheimer.
Elle rentre en maison de retraite, celle-ci ne vit que pour son amour pour Charles son fiancé... Un récit sur la vie en maison de retraite et le métier de soignant où la fiction côtoie la réalité.

Journal « L'est Républicain » du 10 juillet 2014.