Elle cachait ses poèmes

 

Je la vois, l’adolescente, cheveux au vent

Dans la prairie, la campagne au printemps,

Installée sous un arbre, le stylo à la main

Confiant ses états d’âme à l’univers, au destin.


Elle cachait ses poèmes

Comme on cache un premier «  je t’aime »

Et le soir, sous ses draps froissés

Elle laissait ses rêves l’emporter.


Je la vois, au loin, pleine d’espoir dans un sourire

Mais avec cette peur de devoir un jour souffrir

Elle ne comprend pas que les autres ne voient pas

Toute la créativité qui émerge de ses doigts.


Elle cachait ses poèmes

Comme on cache un premier «  je t’aime »

N’osant pas dévoiler le secret de ses envies

Celle d’écrire jusqu’au bout de sa vie.


Je la vois, se retourner vers moi, me regarder

Les yeux remplis de regrets, de larmes salées

J’ai envie de la protéger, de la réconforter

Et de l’emmener sur les chemins de l’art libéré.


Elle cachait ses poèmes

Comme on cache un premier «  je t’aime »

Peur des moqueries, de l’incompréhension.

Son souffle de vie, c’est de donner de l’émotion.


Elle barricada son cœur pendant des années

Pensant que la vie était faite de raison, de réalités.

Un jour, en regardant le ciel de ses quarante ans

Elle fit le choix de retrouver l’inspiration d’antan.


Elle dévoila ses poèmes

Comme on avoue le plus beau des «  je t’aime »

Et en confiance, elle regarda dans un soupir

Toute la beauté de la poésie, l’envahir.


L’adolescente que je fus, je la garde dans mon cœur

L’emmène avec moi dans mes pensées, vers le bonheur

Celui d’être enfin moi, avec cette envie de partager avec vous

Mes écrits d’harmonie, d’amour et de paix, mes rêves les plus fous…..