Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre

Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre et quand elle se mettra à trembler,
Ils mettront  genoux à terre pour prier... la clémence qu’ils n’ont pas méritée...
Ils n’ont pas prit en considération la plainte des oiseaux qui ont quitté leur nid
Pour chercher un abri ... dans l’espoir d’un autre paradis.

La Terre étouffe, la Terre pourrit
Tout ce que nous jetons à la mer, elle le vomit.
Les êtres marins perdent leurs repères
Et viennent s’échouer près de nos régions côtières.

Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre et quand elle se mettra à gronder
Ils sortiront leurs fameux billets, pour acheter la clémence qu’ils n’ont pas méritée
Ils n’ont pas pris en considération la plainte des animaux qui disparaissent
Chassés de leur territoire amoindri, merci la pseudo « croissance » qui progresse...

La terre s’enlise, la Terre gémit
Tout ce que nous jetons à la mer, elle le subit
Le plastique, les déchets maritimes...
Tout ça pour gagner quelques malheureux centimes.

Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre et quand elle se mettra à pleurer
Ils essaieront d’endiguer le flot de ses larmes en priant le ciel de s’arrêter
Ils n’ont pas pris en considération le rythme des saisons, en jouant à l’apprenti sorcier
Du raisin à la sortie de l’hiver... des tomates conditionnées toute l’année.

La terre s’infecte, la terre s’appauvrit
Tout ce que nous jetons à la mer la détruit
Ses pôles perdent l’éclat de ses banquises
A cause de notre laxisme et leur bêtise.

Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre et quand elle se mettra à se révolter
Ils se cacheront en attendant que ça passe, la clémence sera forcement « accordée »
Les grandes expériences, la nanotechnologie, la cryogénie et autres projets top secret
Ils se croient des dieux éternels.. Du haut de leurs millions... à fructifier.

La terre soupire, la terre se languit
Tout ce que nous jetons à la mer, elle l’engloutit
Pour mieux le faire ressortir dans notre quotidien
La chaîne alimentaire... vous savez bien.

Ils n’ont pas voulu écouter la douleur de la terre et quand elle se mettra à exploser
Ils n’auront même plus de quoi mettre genoux à terre pour prier
Faute de ne pas avoir pris en considération ses innombrables appels au secours
Alors que l’humain pouvait vivre en harmonie avec tous les êtres vivants qui l’entourent.

Isabelle Fluckiger Jachym