il fait partie de la famille, le médecin de campagne
depuis des années, au fil de nos vies, il nous accompagne
à vive allure sa voiture parcourt les petites routes de nos villages
rien que par sa présence rassurante, déjà il nous soulage.

il en a vu naître et mourir,
il en a vu pleurer puis sourire
il en a vu chuter et rebondir
il en a vu quasiment partir puis revenir...

... revenir, ceux qui ont cru mourir ne peuvent oublier
que leur vie fut entre ses mains à ce moment donné
quand on se sent vidé au point de basculer de l'autre côté,
mais son ultime geste est venu nous ramener à la réalité.

il fait partie de la famille, le médecin de campagne
depuis des années, au fil de nos vies, il nous accompagne
il a vu grandir les enfants qui sont devenus adultes à leur tour
les dessins colorés dans sa salle d'attende en sont des preuves d'amour.

il en a vu quasiment partir puis revenir
il en a vu chuter et rebondir
il en a vu pleurer puis sourire
il en a vu naître et mourir...

...mourir, on ne peut lutter contre la mort, il vit avec tout le temps
constater les décès, panser les plaies des parents
écouter ceux qui restent, meurtris, comprendre leur douleur
être là avec compassion, respect et pudeur.

il fait partie de la famille, le médecin de campagne
depuis des années, au fil de nos vies, il nous accompagne
toujours discret, il sait rester dans l'ombre des vivants
être là seulement dans les moments importants.

il en a vu chuter et rebondir
il en a vu quasiment partir et revenir
il en a vu naître et mourir
il en a vu pleurer puis sourire

sourire avec des yeux encore plein de larmes
quand votre destinée sans crier gare , vire au drame
quand la maladie diagnostiquée vous cloue sur place
il vous aidera de son mieux à refaire surface

il fait partie de la famille, le médecin de campagne
depuis des années, au fil de nos vies, il nous accompagne

avec ses doutes, ses états d'âme , ses qualités ses défauts
c'est un homme avant tout , pas un super héros...

ce super héros qui a le droit d'être fatigué
même si son cabinet est encore une fois surchargé
il saura prendre le temps de vous écouter
même chez lui, en cas d'urgence vous pouvez le déranger.

il en a vu pleurer puis sourire
il en a vu naître et mourir
il en a vu quasiment partir et revenir
il en a vu chuter puis rebondir...

rebondir quand les blessures s'atténuent, quand les cicatrices rosées
ne sont plus que le souvenir d'être tomber, de s'être couper
pas besoin de courir à l'hôpital et attendre des heures avant d'être soigné
on peut lui faire confiance, avec dextérité il saura bien vous raccommoder

j'ai quitté ma campagne , j'ai quitté mon médecin, la vie est ainsi
l'adolescente que je fus à sa venue, il y a plus de 30 ans a bien grandi
des docteurs , bien sur, j'en ai côtoyé bien autres après lui
dix minutes dans le cabinet, on paie, une ordonnance et c'est fini...

qu'en sera t'il quand des vrais docteur en médecine générale digne de ce nom
qui savent être psychologue, gynécologue, dermatologue et autre fonction
quand il n'est pas nécessaire d'aller voir un spécialiste de renom
oui, qu'en sera t'il quand l'heure de la retraite viendra sonner au portillon....

car il font partie de nos familles, nos médecins de campagne, à jamais
depuis des années dans les durs moments, ils nous accompagnaient
et pendant que dans les moments où tout va bien égoïstement, on les oublie
je veux juste par ce texte leur montrer ma gratitude et leur dire "merci".

en hommage à mon ancien médecin qui a su si bien prendre soin des " miens"
et à tous les autres qui ont encore cette flamme quand ils "pratiquent " leur médecine.

Isabelle FLUCKIGER JACHYM