Le paquet de mouchoirs me regarde tristement


Le paquet de mouchoirs me regarde tristement

Mes doigts tremblent rien qu’en écrivant

Comment ne pas être bouleversé

Par le gâchis de notre si belle société.


La télé – sensation nous parle de maltraitance

Sur les plus jeunes, nos aînés, même en France

Au-delà des frontières, tout est similaire

La terre entière vit son propre enfer.


Le paquet de mouchoirs me regarde tristement

Les yeux me piquent, mon nez renifle bruyamment

Comment rester impassible devant la débâcle

Que l’on nous offre comme unique spectacle.


La télé – réalité nous gave de shows décalés

Luxe, mode, indiscrétions malsaines avouées

Pour toutes les ménagères en manque d’activité

Les potins mondains deviennent leur priorité.


Le paquet de mouchoirs me regarde tristement

J’ai envie de vomir, je sens monter la nausée

Dans leur immobilisme, les gens se plaignent constamment

Mais personne n’ose bouger le petit doigt, simplement.


La tété – sensation nous parle de tous les héros

Intelligents tueurs en série, les bourreaux

qui méritent la une de tous les journaux quotidiens

Plus importants que les ceux qui savent tendre la main.


Le paquet de mouchoirs me regarde ironiquement

Pleure, pleure, des larmes et des larmes mon enfant

Le monde se noie dans celles des malheureux

Alors que l’on incendie au nom de certains dieux.


L’industrie du « jetable » à encore de belles années

Pour détruire les forets pour du papier

Jetons, jetons, gaspillons encore à la pelle

Et mettons nos pleurs à la poubelle…………..


Le paquet de mouchoirs me regarde tristement

Les larmes s’évaporeront avec le temps

La vie de tous les jours reprendra son cours

A en oublier tous les appels au secours………..


Isabelle