Les bruits familiers

 

J’entends le réveil sonner

Le bruit du lit qui grince à mes cotés

Tes pas brefs qui quittent le plancher

Et l’interrupteur sur lequel tu as appuyé.


Ce sont les bruits familiers

Depuis que nous sommes mariés

La semaine quand tu dois me quitter

Pour prendre tes activités de la journée.


L’appartement se couvre de lumière tamisée

La cafetière exulte et se met à frissonner

Le frigo se fait caverne d’Ali baba

Et tu y puises les ingrédients de ton choix.


Ce sont les bruits familiers

Qui me disent que tu vas déjeuner

En rêvassant un peu devant ton bol de café

A toutes ces questions auxquelles tu as ton idée.


Puis tout va s’enchaîner, la salle de bains

Va prendre l’odeur de ton parfum

Tu vas contrôler si tu n’as rien oublié

Et la porte derrière toi, tu vas la refermer.


J’entends les pneus crisser sur le gravier

Le moteur s’arrête de ronronner

La portière à peine ouverte s’est refermée

Et la fermeture centralisée est verrouillée.


Ce sont les bruits familiers

Qui me disent que tu vas rentrer

Apres une longue journée loin de moi

J’ai le cœur qui bat un peu plus fort déjà.


J’écoute le son de la porte d’entrée

Le bruit de tes pas réguliers dans l’escalier

Le son métallique de ton trousseau de clé

Et la serrure qui va naturellement céder.


Ce sont les bruits familiers

Qui me disent que je vais te retrouver

Un sourire éclaire mes yeux en émoi

A l’idée que tu vas me prendre dans tes bras.


J’entends les lumières peu à peu s’éteindre

Et le plancher qui commence à geindre

Le crépitement du tissu qui glisse sur ton dos

Et le doux frisson qui parcourt ta peau.


Ce sont les bruits familiers

Qui me aiguisent mes sens bien éveillés

A l’idée que tu vas t’endormir auprès de moi

Apres m’avoir fait l’amour encore une fois.


Isabelle