Massage…

 

 

Mes mains descendent le long de ton dos nu

Huileuses de senteurs épicées, su ta peau tendue

Allongé sur le lit, abandonné sous mes doigts

Ton corps réchauffé, frémit déjà.


Je sens ta respiration qui s’apaise lentement

Au rythme des vagues qui s’étalent insidieusement

De tes reins à tes épaules musclées, déferlantes

De sensations de plus en plus irradiantes


Mes mains remontent le long de ta colonne vertébrale

Comme un lotus qui s’éveille sous la fraîcheur matinale

A chaque effleurement un frisson te parcourt tout entier

Me laissant deviner de moins anodines pensées.


Je sens tes hanches, ton bassin qui se cambrent

Décidément, Non tu ne sortiras pas de la chambre

Laisse moi profiter de cette emprise sur tes sens

Et me combler de cette envie de plaisir immense.


Le mouvement de va et vient de mes paumes sur tes reins

Joue et agace mon inconscient quand le tissu fin

De mes bretelles en dentelle glisse outrageusement

Dévoilant ma poitrine offerte généreusement


Stop mon amour je m’arrêterai là

Sinon, la tentation de descendre un peu plus bas

Va attiser en moi, le frénétique désir

De te laisser unique maître de mon plaisir


Et si …


Tes mains descendent le long de mon corps dévêtu

Humides, moites, d’insinuations mises à nues

Dans le tourbillon de l’automne, je ne pourrai

Que me laisser dompter par tes caresses enfiévrées


Mari et femme confondus

Sous les draps de l’amour absolu.


Isabelle