SOUVENIRS DE NOEL

Oh comme nous regrettons les veillées de Noël
Malgré le froid et le bout du nez qui rougit
Nos pas crissaient sous la neige qui s'amoncelle
Sur la route qui nous mène vers la messe de minuit

Nous entonnions « douce nuit » tous en chœur
L'église était bondée, tout le village s'était déplacé
A l'intérieur de notre cœur battait cette ferveur
Que posséderont toujours les enfants du monde entier.

Oh comme nous regrettons le calendrier de l'avant
chaque jour, nous allions admirer la crèche du village
Au dessus du toit l'étoile du berger en papier brillant
Annonçait l'Avènement et le chemin aux rois mages

Nous aimions fabriquer la notre à la maison
Nous allions chercher du houx pour la décorer
Peindre les petits personnages avec attention
Et les placer dans l'étable autour du nouveau né.

Oh comme nous regrettons les veillées de noël
Entourés par tous les êtres chers de toutes générations
A chanter les plus beaux chants d'amour universels
Sous le sapin paré de milles illuminations

Nos tables étaient simples mais tellement chaleureuses
Aujourd'hui on rivalise de luxe, de faste, de couleurs
On préfère désormais tout miser sur une déco méticuleuse
Jadis on confectionnait tout, ensemble dans la bonne humeur

Oh comme nous regrettons les vacances de noël
Nous patientons en lugeant sur les pentes enneigées
Dans nos jardins trônait fièrement notre bonhomme traditionnel
Après une frénétique bataille de boules virevoltantes, dans les prés

Nous avons connu la guerre, l'après guerre et le rationnement
Nous n'avions plus rien mais nos parents savaient confectionner
Des petits présents, avec habilité, pour cet événement important
Noël a toujours été un jour privilégié même dans la pauvreté

Oh comme nous regrettons les vacances de noël
Nous prenions notre plus belle plume et avec le plus grand soin
Nous écrivions notre lettre à ce vieux monsieur, le père Noël
Où Nous lui promettions d'être encore plus sage l'an prochain.

Pour patienter, le 6 décembre nous avions la visite de saint Nicolas
Dans son beau costume, avec son âne, nous l'attendions avec fébrilité
Les plus intrépides, soudain, se mettaient à l'écart, on devine pourquoi
Le père fouettard tout de noir vêtu sauvait si bien les intimider.

Oh comme nous regrettons cette douce journée de festivité
Le petit paquet de friandises, le délicieux pain d'épice
Le jean bonhomme trempé dans le chocolat chaud à la récré
Le rire des enfants emmitouflés dans leur pelisse.

Oh comme nous regrettons le réveillon après la messe de minuit
Les plats délicieux, la dinde fraîchement sortie du four
Les ballotins de chocolat, les papillotes, les pâtes de fruits
Tous habillés de fête, ayant revêtu nos plus beaux atours.

La recette de la bûche aux marrons de grand-mère
Restera encore dans le tiroir cette année
Aujourd'hui, on a plus le temps, on a trop à faire
On ira vite chercher une bûche glacée au supermarché

Oh comme nous regrettons le temps du sapin à coté de la cheminée
Les guirlandes et les boules, les cloches qui scintillent,
Les décorations que nous avons minutieusement préparées
En le regardant, nous avons toujours les yeux qui pétillent.

Le feu crépitait, l'odeur de la sève embaumait la maisonnée
Sous l'arbre décoré, nous avions sagement déposé nos chaussons
Nous guettions par la fenêtre pour avoir enfin la chance inespérée
D'apercevoir le traîneau mais trop vite, nous nous endormions.

Oh comme nous regrettons le temps du sapin vers la cheminée
Des notes de « vive le vent », « petit papa noël » la magie de l'hiver
Les pas étonnés des petits enfants au réveil, le regard papillonnant
Sur les cadeaux enrubannés au pied de leurs petits souliers.

Aujourd'hui, tout est devenu électrique, électronique, informatique
Où sont passés les poupées de chiffons les petits soldats de plomb
Tout es devenu conventionnel, on donne des « sous », c'est plus pratique
On perd le plaisir d'offrir au profit de la société de consommation.

Il fut un temps où tout ceci n'était qu'accessoire
Une simple orange nous attendait sous le sapin
Les années noires resteront toujours gravée dans nos mémoires
Le plus beau cadeau sentait tout l'amour que l'on portait aux siens.

Oh comme nous regrettons cette douce période de Noël et nouvel an
Le monde se met en sommeil, tout n'est qu'espoir et paix
Les souvenirs jonchent nos pensées comme la neige recouvre tout de blanc
A minuit on change d'année, on prie pour que le meilleur puisse nous arriver

On s'embrasse, on se souhaite richesse, amour et santé
La terre entière se couvre de bons sentiments, fraternité, tolérance
A la Saint Sylvestre, les douze coups de minuit vont carillonner
Quels que soient notre age, notre condition, nos croyances...

... la magie des fêtes nous fera toujours revivre les délicieux moments...
Que nous fûmes lorsque nous étions encore ces enfants innocents.

I. Fluckiger Jachym