La sérénité au Malsaucy... 

 

Flâner sur les sentiers, sentir la bise nous caresser le visage

Regarder le ciel, s’émouvoir d’un vol de canards sauvages

Quand l’automne, peu à peu, à pas feutrés sort des fourrés

Se moquant de l’été qui s’enfuit à grandes enjambées.


Et la cabane du pêcheur se prélasse … tranquille

Faisant fi du temps, de nos pensées futiles.

Venez vous asseoir un instant et contempler la nature

Celle qui nous ressource, celle qui nous rassure.


S’attendrir devant les baiser des amoureux sur le parcours

Main dans la main, ils scellent des promesses d’amour

Dont seuls les arbres et les bosquets sont les témoins muets

De tous leurs rêves d’avenir, leurs désirs secrets.


Et la cabane du pêcheur se prélasse… tranquille

De saisons en saisons, quasi immobile

Offrant un moment de repos, un moment de sérénité

Aux promeneurs, toujours un peu trop pressés.


Prendre un petit instant pour se détendre sur un banc

Redécouvrir les beautés d’un nouveau printemps

Impatient de rivaliser avec l’hiver généreux qui a su déployer

Ses Flocons d’argent et Ses perles de diamant sur l’eau gelée.


Et la cabane du pêcheur, se prélasse … tranquille

Au son des prises qui se défendent au bout du fil

Quand l’homme redevient le prédateur qu’il fut

Pour nourrir honorablement toute sa tribu.


Marcher sur les chemins, respirer le grand air frais

Sourire aux inconnus, aux enfants distraits

Faire le tour, des détours, allers retours aussi

Et s’émerveiller devant la diversité qu’offre le Malsaucy.


Espérer que la cabane du pêcheur se prélassera encore, tranquille

Protégée par nous autres, loin du tumulte et du bruit des villes

Pour nous accueillir longtemps dans son écrin de nature

Celle qui nous ressource… celle qui nous rassure.